Photo : Bruno Suter
Photo : Bruno Suter

C'est d'abord un morceau d'ébène, une poignée d'argile, ou plus tard un fer rougi au feu. Puis l'homme (qui est-il?... africain?… amérindien?…) va lui donner une forme essentielle qui va contenir toutes ses joies, toutes ses terreurs, tous ses espoirs. Des siècles plus tard, après mille trocs, voyages, oublis et retrouvailles l'objet est passé de mains en mains et pourtant nous arrive intact, diffusant ses secrets et ses émotions comme une boite noire retrouvée au fond des mers. 

C'est cette rencontre qui à chaque fois m'émeut au plus profond et rejoint le souvenir puissant de mes premiers temps, le souvenir de cette innocence, de cette joie pure, de l'émerveillement de la création. Mon travail aujourd'hui s'efforce de rejoindre ce temps là. Mes œuvres sont volontairement silencieuses. 

Elles se veulent des témoins bienveillants pour ceux qui les possèdent... 
J'espère qu'elles émettent en continu les sentiments qui les ont fait naitre.


In the beginning there were pieces of ebony, handfuls of clay, and later bars of iron fired red hot. Then man (was he African? Native American?) gave them a quintessential shape to embody all his joys, terrors and hopes. Centuries later, after passing from hand to hand in a thousand deals, after voyaging, being forgotten and found again, the object has come down to us intact, releasing its secrets and emotions like a black box retrieved from the depths of the sea. 

It is this experience that has moved me so deeply, again and again, stirring up powerful memories of my early days, memories of innocence, sheer joy, and a feeling of wonder in the act of creating. Today, through my work, I strive to go back to that time. My works are deliberately silent. 

They are meant to be benevolent witnesses for those who own them, glowing with the same feelings that inspired their creation. 

Jean Feldman